FIRST 2010

Voyage en Asie

Bell Labs / Cabinet AKLEA / Consulat de France / Atelier BNP Paribas Asie

| 1 commentaire

Visite des Bell Labs d’Alcatel-Lucent

Le matin, nous nous sommes rendus aux Bell labs de Shanghai. Après une courte présentation, nos hôtes nous ont fait visiter l’usine présente sur le site. Cette usine produit des équipements télécom (réseau). Avant de pénétrer dans l’usine, nous avons du nous vêtir d’une tenue anti-statique afin de protéger les circuits imprimés produits. Une fois à l’intérieur, nous avons découvert un univers où règne le calme. En effet, l’usine est à l’opposé de nos stéréotypes sur les conditions de travail en Chine (pas de pression excessive apparente, peu de bruit, discussion possible entre les employés…). Cette visite, très intéressante, nous a permis de découvrir les méthodes de fabrication des équipements télécom mais également de se rendre compte de l’autre facette de la délocalisation. Pour finir cette matinée, un tour au « Demo Center » d’Alcatel Lucent. Nous avons pu y découvrir leurs travaux (publicité payante sur une TV connectée et un système de contrôle à distance d’une caméra).

Cycle de conférences

Notre journée s’est poursuivie par un cycle de conférences, sur des sujets moins techniques, focalisant plutôt sur les contextes juridique, socio-économique et psychographique de la Chine. La première fut menée par un avocat du cabinet Aklea, installé au sein même de l’Empire de l’Est. Son objectif était de nous présenter de manière vulgarisée l’«univers» juridique de la Chine, notamment sur les modalités et contraintes d’entrée pour un investisseur étranger. Nous y avons appris moult informations sur les habitudes du pays, qui tranchent de manière drastique avec les usages occidentaux. Parmi celles-ci, nous y avons découvert l’approche empirique de l’inflation législative (avec des projets de lois « testés » sur le terrain avant d’être adoptés), le système de loi discriminatoire appliquée différemment selon que l’on soit investisseur autochtone ou étranger et une absence de codification des lois, ce qui entretient un brouillard constant que le gouvernement chinois manipule suivant son gré. Outre ces détails purement juridiques, il nous a présenté un aperçu du contexte social, nous exhibant des informations sur les disparités démographiques, économiques mais aussi climatiques à l’intérieur même de la Chine, sur le pragmatisme et la vision à long terme de la politique, facilitée et fomentée par sa stabilité, ainsi que la vision du networking chinois.

Autant d’éléments qui nous permettent de situer la Chine dans un contexte culturel que l’on réalise fondamentalement distinct du système occidental auquel nous sommes accoutumés.

Cette conférence a été suivie par l’intervention de deux représentants du Consulat de France à Shanghai, monsieur Pierrat, Attaché pour la Science et la Technologie et monsieur Frau, chargé de mission de Coopération Universitaire. Nous avons eu connaissance des travaux du Consulat pour la promotion de l’image de la recherche française en Chine, des tenants et aboutissants et la complexité des efforts de coopération entre les chercheurs chinois et français. Ces derniers rencontrent des difficultés telles que la barrière de la langue (les chercheurs chinois ayant l’habitude de mener leurs travaux dans leur langue maternelle), et le manque de visibilité de leur carrière à long terme. D’autre part, la Chine fait face à la fuite de ses cerveaux en adoptant des mesures de retour attractives, notamment à travers le programme « Cent Talents » qui met à leur disposition des laboratoires ultra équipés et des compétences humaines.

Par la suite, la présentation de la filiale d’Orange Business Services à Pékin a réaffirmé la présence française en Chine du groupe France Telecom à travers ses activités de sourcing (achats en Chine pour le compte du groupe) et de business pour servir les grands clients internationaux en Chine. Bénéficiant de 85 collaborateurs répartis sur Pékin, Shanghai et Guangzhou et de plus de 25 ans d’expérience, la filiale chinoise d’Orange Business Services sert plus de 300 MNCs . La filiale entretient des relations diverses avec le monde des opérateurs télécoms chinois, puisqu’elle utilise l’infrastructure de China Unicom et bénéficie d’une licence exclusive lui permettant de vendre des équipements de télécoms dans le pays.

Dans la quatrième et dernière conférence, le directeur du bureau de l’Atelier à Shanghai a parlé de l’e-commerce en Chine, marché en très fort développement, et des usages de l’Internet en Chine. Nous avons ainsi réalisé qu’il y a plus de 400 millions d’internautes chinois, dont la moitié se connecte à partir du mobile avec la 3G qui commence à se développer, et le paysage du web chinois s’est avéré radicalement différent de celui connu en occident. De Baidu, le « Google » chinois, à la messagerie instantanée QQ, le web chinois s’adapte à la culture locale mais aussi aux contraintes extérieures. (voir le lien sur le blog asie.atelier.fr)

Dîner avec les diplômés

Le dîner avec les alumni a clôturé cette journée journée riche en surprises. C’était l’occasion pour nous de profiter de l’expérience d’anciens élèves des écoles de l’Institut Telecom, qui occupent aujourd’hui différents postes et qui nous ont fait part de leurs impressions sur le travail en Chine. Les retours étaient mitigés, certains ne s’accommodant pas avec le système, notamment les stagiaires, et les autres s’adaptant mieux au contexte dépaysant.

L’équipe eHome

Un Commentaire

  1. Merci pour votre compte-rendu.
    Reste à montrer quelques photos de la soirée prise par Véronique et Yves pour compléter votre post.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.